Louis, Henri, Joseph Gilliot naquit le 12 août 1893 à Labuissière.

En 1913, alors âgé de vingt ans, il se présente devant le Conseil de révision siégeant à Houdain,  chef-lieu de canton. Reconnu apte au service armé, il est classé « Bon service armé – sursis – Art.20 ».  

Louis Gilliot reçoit le 4 août 1914 un ordre de mobilisation. Il est incorporé soldat de 2ème classe au 84ème Régiment d’Infanterie. Le 1er février 1915, il est affecté au 1er R.I. puis à partir du 28 février 1915 au 43ème R.I.. Par décision du Général commandant la division il est muté au 1er Régiment de Zouaves en date du 29 mai 1915. Blessé le 10 mars 1916 par un éclat d’obus, il est évacué et entre à l’hôpital de Bourges  le 2 novembre 1916 ; il y subira l’amputation du bras gauche. 

Par décision notifiée au Journal Officiel du 19 novembre 1916 la Médaille de la Victoire et la Médaille Commémorative Française de la Grande Guerre lui sont attribuées avec la mention : « Très bon soldat courageux et dévoué a été griévement blessé à son poste de combat le 10/3/16 – Amputé du bras gauche ». Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 17 novembre 1916 pour prendre rang du 12 octobre 1916, la Médaille Militaire lui est attribuée puis il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur par décret du 23 mars 1933. Louis Gilliot qui habite 39 rue Raymond Deruy recevra de la Trésorerie Générale du Pas-de-Calais un traitement annuel de 20 francs à raison de 5 francs chaque trimestre.

Décédé le 12 février 1965, Louis Gilliot repose au cimetière de Labuissière.